MAGAZINE ÇA SEXPRIME

4bLa santé sexuelle, ça se protège !
Numéro 4b | Printemps 2010 - Nouvelle édition
par Christine Lacroix et Richard Cloutier
Cet après-midi-là, après avoir reçu de son médecin un diagnostic de chlamydia, Mégane, 15 ans, récapitule la manière dont se sont déroulées les relations sexuelles avec son ex-copain Sébastien, 16 ans. Elle est bien consciente que les choses se sont passées trop rapidement. Elle en est encore surprise car elle ne se reconnaît pas dans ce comportement.
Il y a un peu plus d’un mois, Mégane rencontrait Sébastien à l’occasion d’une petite fête qu’un ami commun donnait chez lui, en l’absence de ses parents. Le désir, et l’effet désinhibiteur de l’alcool aidant, ils ont eu dès ce soir-là une relation sexuelle, sans condom. De toute façon, il n’était pas question de parler condom dans un moment aussi magique : Sébastien l’aurait prise pour une « courailleuse » même si lui, garçon très populaire auprès des filles de l’école, n’en était pas à sa première expérience. Mais puisqu’il n’avait pas pris l’initiative d’en parler, mieux valait laisser tomber.

Ce sont des malaises physiques devenant de plus en plus gênants qui ont amené Mégane à consulter un médecin. Pertes vaginales anormales, douleurs dans la région pelvienne et au moment de la miction : le médecin a vite compris. Il a procédé à un examen physique pour être plus sûr, et Mégane est sortie de son cabinet avec une ordonnance pour des antibiotiques. Elle a heureusement consulté à temps et ne gardera pas de séquelles physiques. Et dire qu’avant de contracter la chlamydia, Mégane ne savait même pas ce que c’était ! Pendant le traitement, et malgré l’assurance qu’elle guérirait, elle a éprouvé une vive anxiété.

Et comment en parler à Sébastien ? Comment lui dire qu’il lui a probablement transmis une infection ? C’est d’autant plus embarrassant qu’ils viennent de rompre. Sébastien doit pourtant en être informé afin d’éviter de propager l’infection. Les professionnels de la santé (médecin ou infirmière) pourront alors conseiller Mégane sur ce qui leur semble la meilleure manière d’informer le garçon, sur qui, de la jeune fille, du médecin ou de l’infirmière, communiquera avec lui. Si c’est Mégane, elle pourra compter sur l’aide de ces professionnels pour s’y préparer.

Avant d’être atteints, Mégane et Sébastien ne connaissaient pas grand-chose aux infections transmissibles sexuellement (ITS). Ils avaient entendu parler du VIH et du sida, mais ne se sentaient pas visés. Les autres ITS leur semblaient bénignes, ils étaient persuadés qu’on en guérissait facilement, par exemple avec des antibiotiques. Or ce n’est pas le cas : plusieurs ITS ne peuvent être traitées et cela peut mettre en jeu la santé physique, la santé sexuelle et la fertilité des personnes atteintes.
Activités en lien avec ce numéro
1Activité 1
Sensibilisation à la question des ITSS

Objectifs :
Se sensibiliser aux diverses facettes des ITSS.
Amorcer une réflexion et une démarche de compréhension et d’intégration de notions en matière de prévention des ITSS.

Discussion de groupe sur les connaissances des jeunes en matière de prévention des ITSS.

Durée : 75 minutes
2Activité 2
Notions scientifiques sur les ITSS

Objectif général :

Se familiariser avec le thème des ITSS par la recherche virtuelle au laboratoire d’informatique.
Apprendre à faire des recherches dans des sites Internet sur la sexualité conçus à des fins éducatives.
Acquérir des notions scientifiques sur les ITSS.

Recherche virtuelle sur les divers enjeux de la prévention des ITSS et partage des connaissances acquises avec le reste du groupe.

Durée : 2 rencontres de 75 minutes
3Activité 3
Joute oratoire sur la vaccination contre le VPH

Objectif général :

S’approprier l’information sur la vaccination contre le VPH à partir de sites Internet de référence.
Élaborer et structurer son argumentation de manière logique et cohérente en fonction d’une position imposée.
Exprimer son opinion en fonction de l’information recueillie.

Joute oratoire permettant aux jeunes de prendre conscience des bénéfices et des limites de la vaccination contre le VPH.

Durée : 2 rencontres de 75 minutes
4Activité 4
Négocier et utiliser le condom

Objectif général :

Communiquer de façon appropriée, au moyen d’exercices et de jeux de rôles.
Connaître le mode d’utilisation du condom, ses caractéristiques et sa manipulation.
Identifier les solutions possibles lorsqu’il y a des problèmes liés à l’utilisation du condom.

Exercices et jeux de rôles traitant de la prévention des ITSS sous l’angle de la communication

Durée : 75 minutes
5Activité 5
Un tatouage et un perçage sécuritaires

Objectif général :

Connaître les motivations qui poussent à se faire tatouer ou percer.
Connaître les risques potentiels du tatouage et du perçage pour la santé.
Connaître les pratiques sécuritaires en matière de tatouage et de perçage.

Discussion sur les principales motivations des jeunes à se faire tatouer ou percer.

Durée : 25 minutes
6Activité 6
Synthèse des acquis en guise de conclusion

Objectif général :

Intégrer les notions sur les ITSS abordées au cours des activités précédentes.
Dégager les points saillants du problème des ITSS.

Retour sur les thèmes abordés au cours des activités précédentes.

Durée : 75 minutes
La santé sexuelle, ça se protège !
Numéro 4b - Printemps 2010 - Nouvelle édition - par Christine Lacroix et Richard Cloutier
Sommaire du numéro
Dans ce numéro, on traite notamment des sujets suivants :

•    Les infections transmissibles sexuellement courent toujours
•    Des adolescents à risque parce que vulnérables
•    Connaissances, attitudes et comportements des jeunes au regard de la sexualité et des ITSS
•    Les ITSS au Québec : une situation préoccupante et des statistiques qui demeurent peu réjouissantes
•    Des répercussions regrettables
•    Traitement des ITSS
•    Au-delà des conséquences physiologiques des ITSS
•    Choisir, c’est prévenir!
•    Le condom : un bon partenaire
•    Un condom, comme de raison!
•    Le bon condom pour soi
•    Le condom : efficace à condition d’être bien utilisé
•    Le condom, ce mal-aimé !
•    Quand les désavantages du condom deviennent des avantages
•    Obstacles à la protection sexuelle
•    Des soins esthétiques pas toujours inoffensifs
•    Les multiples facettes de la prévention

Fermer la fenêtre X
Qu'est-ce que le RSS
Le RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication et signifie en français « souscription vraiment simple ». Il permet aux internautes de s'inscrire à un ou plusieurs fils de syndication à l'aide d'un agrégateur. Ce système vous permet de retrouver en un seul lieu (votre agrégateur) tout le contenu qui vous intéresse, peu importe sa provenance. Ainsi, il vous est possible de consulter rapidement tout le contenu de votre choix sans pour cela devoir naviguer de site en site. Le flux RSS est généré régulièrement pour vous permettre d'être à jour dans les sujets qui vous intéressent.
Fermer la fenêtre X